STADE HENINOIS FOOTBALL : site officiel du club de foot de Hénin-Beaumont - footeo

ARTICLE FRANCE FOOTBALL

Le Club de la Semaine :

STADE HENINOIS FOOTBALL

Reconquête

Il est loin le temps ou le Stade Héninois, plus communément appelé Stade Hénin, s'affichait comme le deuxième club du Pas-de-Calais, derrière l'indéboulonnable RC Lens. Aujourd'hui en Promotion d'Honneur Régionale (PHR), ce club centenaire a vécu sa période de gloire lorsqu'il a atteint le troisième échelon national. Cela lui est arrivé à trois reprises lors des saisons (1968-1969, 1974 à 1977, 1980 à 1982), mais c'est bien la période 1974/1977 qui a marqué son histoire.

Engouement

A cette époque, jusqu'à 3000 spectateurs venaient garnir les tribunes du parc des sports,surtout lorsque le voisin lensois était en visite. Ancien libéro de l'équipe de 1974 à 1987, Michel Giolda se souvient des grandes heures d'Hénin-Beaumont.


« Atteindre ce niveau-là, ce n'était pas donné, il y avait pas autant de divisions qu'aujourd'hui, explique celui qui est désormais trésorier de son club de cœur. Tout le monde avait un métier, on devait prendre sur notre temps de travail et beaucoup s'arrangeaient pour avoir le samedi de libre ». Ce beau passage du Stade Héninois en Troisième Division avait même failli se transformer en conte de fées en 1974-1975, lorsque Giolda et les siens avaient occupé la tête de leur groupe,  « mais on avait craqué sur la fin car nous n'avions pas un effectif suffisant », souligne l'ancien défenseur. La saison s'était alors soldée par une cinquième place.

Naviguant entre les Divisions 3 et 4 dans les années 60 et 70, le club voyait la décennie 80 marquer la fin de son âge d'or, avec un long passage en Division d'Honneur (1984/1994). Une période dont le point d'orgue fut lors de la saison 1988-1989 un trente-deuxiéme de finale de Coupe de France, butant sur le F.C. Nantes des Desailly et Deschamps (défaite 4-0 au Stade Bollaert).

Nouvelle Dynamique

Aujourd'hui, le Stade Henin (160 licenciés) tente de renaître de ses cendres.

« On remet le club sur pattes » estime Jean-Alyre Dugardin, président depuis quatre ans. « Quand j'ai pris mes fonctions, il y avait 90 000 euro de dettes dues à de trop grosses dépenses en interne. »

Mais la gestion de ce club n'est pas de tout repos pour un président lassé de « se faire mettre sans arrêt des bâtons dans les roues ». A titre d'exemple, il cite le départ, il y a deux ans, de prés de 140 jeunes, obligés de quitter le club en raison d'un changement de politique municipale sur l'affectation de cinq éducateurs. « Ils étaient embauchés par la ville et attitrés au club, mais ils ont dû partir », regrette un président qui conserve tout de même l'énergie pour « tout reconstruire », car il l'affirme : « la priorité, c'est la formation. »


Aujourd'hui,les jeunes sont revenus puisque le club aligne des équipes des U7 aux U14. « Il nous faut retrouver des groupes dans chaque division,tout en assurant les seniors. » Jean-Alyre Dugardin aimerait voir remonter l'équipe première en Division d'Honneur et la réserve à l'échelle régionale. Mais le chemin de la reconquête sera long pour un club qui mise avant tout sur le retour « du respect d'autrui ». Un esprit confirmé par Thierry Montaigne,entraîneur de l'équipe première,qui n'a pas hésité à se séparer de 44 seniors sur 51 à l'intersaison. « Je ne voulais pas d'une équipe de voyous. L'an dernier,nous avons récolté 36 cartons rouges,c'était trop ! Aujourd'hui,l'effectif affiche une superbe mentalité. »

FRANCE FOOTBALL (Vendredi 4 Janvier 2013)

HORLOGE

NOUS SOMMES ICI !!